"L'inconnu de la poste" Florence Aubenas - éd de L'Olivier

Le dernier livre de la journaliste et écrivaine Florence Aubenas se lit comme un thriller même si on connaît l'histoire de ce meurtre non élucidé et sur lequel planait la culpabilté d'un marginal Gérald Thomassin, connu pour avoir été un jeune espoir du cinéma français en 1990, dans un film de Jacques Doillon "Le petit criminel". Narratrice omniprésente autant qu'invisble, elle donne voix à tous les protagonistes qu'elle a patiemment interrogés, le père de la victime, les amis de Gérald Thomassin et ce dernier bien évidemment qu'elle a rencontré à de nombreuses reprises. Ils deviennent les personnages de ce roman noir qui raconte leur histoire ou celle qu'imagine l'auteure. Nous sommes bien au delà de ce que l'on appelle le fais divers et nous pénétrons dans celui du roman social qui décrit les lieux, une vallée jurasienne vouée à l'industrie du plastique, le nouvel eldorado qui a remplacé les structures paysannes en place, amené de nouvelles populations et créé aussi son lot de misère quand la crise économique s'en mêle. Nous sommes au plus près des personnages entre réalité et fiction, et c'est passionnant.

"Les orages" Sylvain Prudhomme - éd Gallimard "L'arbalète"

Ce qui frappe quand on lit Sylvain Prudhomme, c'est la douceur avec laquelle il aborde ses personnages. Il les suit, les regarde avec tendresse et délicatesse comme s'il avançait vers eux à pas feutrés. Il n'y a jamais de  jugement ou d'invitation à juger même s'il les dirige parfois vers des chemins tortueux mais en aucun cas il ne se dresse contre eux et les utilise pour dénoncer ou faire valoir un état. Ses personnages évoluent dans un cadre simple, des relations sans heurts apparents, et même si le drame ou la tension s'invite dans le récit, un vieil homme qui perd un peu ses repères mais tente de faire bonne figure, un père au chevet d'enfant malade, un trajet en voiture qui rappelle ceux de l'enfance, ce qu'il raconte alors avec beaucoup de précision c'est la manière dont l'individu s'empare avec ses propres ressources, son intelligence, sa personnalité, de l'événement qu'il est en train de vivre. Sylvain Prudhomme ouvre une voie nouvelle dans la manière de raconter la vie, il semble à chaque phrase désireux de calmer les effets de style pour rendre audible une autre façon d'être et de raconter. Un auteur précieux qui ne cesse de nous émouvoir. 

 

"Le démon de la colline aux loups" Dimitri Rouchon-Borie - éd Le Tripode

Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin. Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante, "Le Démon de la Colline aux Loups" raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d'amour et de passion. Pourtant, de cette vie dévastée, la lumière surgit. Non pas celle d’une rédemption ou d’une résilience convenue, mais tout simplement la lumière d’une voix. On assiste à la naissance d’une conscience, par l’écriture. Le roman, repose entièrement sur la voix du narrateur, Duke, il emporte tout sur son passage. Dimitri Rouchon-Borie parvient à rendre avec une très grande justesse son « parlement », et, quand on sait combien l’exercice peut mener aux pires ratages, comment la moindre fausse note, le moindre mot en trop ou en moins peut détruire l’harmonie de l’ensemble, on ne peut que louer cette prouesse. La langue de Duke est extraordinaire dans sa capacité à saisir le réel, les émotions qui lui sont corrélées, mais qui sont à peine effleurées, suggérées au lecteur et pourtant complètement dominantes. Le rythme de la phrase, le décalage entre ce qui se passe et la manière dont Duke l’exprime, parce qu’il prend la langue un peu en biais, nous amènent à faire de son regard entièrement le nôtre. "Le Démon de la Colline aux Loups" est un premier roman. C'est un flot ininterrompu d'images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire.

 

"Zoomania" Abby Geni - Actes sud

A Mercy, petite ville d'Oklahoma, une tornade de catégorie 5 a dévasté le quartier et la vie de la Famille McCloud, laissant les quatre enfants orphelins, sans toit, sous la responsabilité de Darlene, l'aînée.Très vite, les médias font des trois jeunes soeurs, contre rétribution, l'image vivante, idéalement photogénique, de la tragédie. Heurté dans ses principes, Tucker, le frère rebelle, se désolidarise du clan et disparaît. Au troisième anniversaire de l'événement, Cora, la benjamine, a neuf ans. La tornade est son premier souvenir. Tucker lui manque terriblement. Le quotidien entre filles dans un mobile home a perdu de son charme. Quand une bombe explose dans l'usine de cosmétiques locale, libérant tous les animaux du laboratoire, les soeurs McCloud ne font pas tout de suite le lien. Mais c'est l'étincelle d'un tout autre cataclysme. Dans une folle cavale à travers l'Ouest américain, aux confins éperdus des jeux de l'enfance et de l'engagement militant, Zoomania met à l'épreuve les limites de l'amour et de la loyauté. Sur fond d'urgence écologique et de défense de la cause animale, entre thriller et méditation sur la nature, Abby Geni nous invite à un apprentissage de l'absolu aussi violent qu'enivrant.Une course-poursuite époustouflante de réalisme sensoriel et d’intelligence narrative. Implacable pilote de grand-huit, Abby Geni (Farallon Islands) est de retour. Accrochez-vous. 

"Un papillon, un scarabée, une rose" Aimee Bender - éd de l'Olivier

Francie a huit ans quand la dépression de sa mère, Elaine, vient bouleverser à jamais son existence. Recueillie par son oncle et sa tante, Francie grandit entourée d'affection auprès de sa cousine Vicky. Malgré tout, elle vit une jeunesse singulière, détachée du réel, habitée par la peur de la folie. Mère et fille tracent dès lors leur chemin : l'une survit, l'autre se construit en s'efforçant de " ralentir le monde " et de sonder ses souvenirs d'enfance. Mais comme toujours dans les romans d'Aimee Bender, la fantaisie règne : un insecte décorant un abat-jour prend vie puis s'échappe, une fleur brodée sur un rideau tombe au sol, bien palpable... L'imaginaire devient le lieu le plus propice à la découverte de vérités profondes.
Un papillon, un scarabée, une rose est avant tout le récit d'une transformation : du chaos au pardon, de l'incompréhension à la résilience.

"Le colibri" Sandro Veronesi - éd Grasset

Marco Carrera est le «  colibri  ». Comme l’oiseau, il emploie toute son énergie à rester au même endroit, à tenir bon malgré les drames qui ponctuent son existence. Alors que s’ouvre le roman, toutes les certitudes de cet ophtalmologue renommé, père et heureux en ménage, vont être balayées par une étrange visite au sujet de son épouse, et les événements de l’été 1981 ne cesseront d’être ravivés à sa mémoire. 
Cadet d’une fratrie de trois, Marco vit une enfance heureuse à Florence. L’été, lui et sa famille s’établissent dans leur maison de Bolgheri, nichée au sein d’une pinède de la côte Toscane. Cette propriété, qui devait symboliser le bonheur familial, est pourtant le lieu où va se jouer le drame dont aucun membre de la famille Carrera ne se relèvera tout à fait. En cet été 1981, celui de ses vingt-deux ans, se cristallisent les craintes et les espoirs de Marco qui devra affronter la perte d’un être cher et connaîtra un amour si absolu qu’il ne le quittera plus.
Grâce à une architecture romanesque remarquable qui procède de coïncidences en découvertes, Veronesi livre un roman ample et puissant qui happe le lecteur dans un monde plus vrai que nature où  la vie, toujours, triomphe.

"Un bref instant de splendeur" Ocean Vuong - éd Gallimard

Un bref instant de splendeur se présente sous la forme d'une lettre qu'un fils adresse à sa mère qui ne la lira jamais. Fille d'un soldat américain et d'une paysanne vietnamienne, elle est analphabète, parle à peine anglais et travaille dans un salon de manucure aux Etats-Unis. Elle est le pur produit d'une guerre oubliée. Son fils, dont la peau est trop claire pour un Vietnamien mais pas assez pour un Américain, entreprend de retracer leur histoire familiale : la schizophrénie de sa grand-mère traumatisée par les bombes ennemies au Vietnam, les poings durs de sa mère contre son corps d'enfant, son premier amour marqué d'un sceau funeste, sa découverte du désir, de son homosexualité et du pouvoir rédempteur de l'écriture. Ce premier roman, écrit dans une langue d'une beauté grandiose, explore avec une urgence et une grâce stupéfiantes les questions de race, de classe et de masculinité. Ocean Vuong signe une plongée dans les eaux troubles de la violence, du déracinement et de l'addiction, que la tendresse et la compassion viennent toujours adroitement contrebalancer. Un livre d'une justesse bouleversante sur la capacité des mots à panser les plaies ouvertes depuis des générations.

"Là où nous dansions" Judith Perrignon - éd Rivages

"Là où nous dansions" Judith Perrignon. Detroit, 2013. Ira, flic d’élite, contemple les ruines du Brewster Douglass Project où s’est déroulée son enfance. Tant d’espoirs et de talents avaient germé entre ces murs qu’on démolit. Tout n’est plus que silence sous un ciel où planent les rapaces. Il y a quelques jours, on y a découvert un corps, un de plus. Pour trouver les coupables, on peut traverser la rue ou remonter le cours de l’Histoire. Quand a débuté le démantèlement de la ville, l’abandon de ses habitants.

La prose puissante de Judith Perrignon croise ici les voix, les époques, les regards, l’histoire d’une ville combative, fière et musicale que le racisme et la violence économique ont brisée. 

 

 

"La maison des Hollandais" Ann Patchett - éd Actes Sud

"La maison des Hollandais" est le décor et le personnage principal du nouveau roman de l'auteure américaine Ann Patchett. La maison des VanHoebeek, nom du couple qui la fit construire et dont il reste quelques portraits sur les murs, est une demeure de conte de fées. Un père y élève ses deux enfants Maeve et Danny Conroy. Les nurses s'ocupent des petits, le père gère ses affaires jusqu'à l'arrivée d'Andréa qui devient la seconde épouse et la terrible marâtre qui n'aura de cesse d'éloigner les enfants de la demeure. Des années après la mort de leur père et la perte de la maison, Maeve et Danny rôdent toujours autour, évoquant le passé et leurs difficultés à construire leur propre vie. On retrouve dans ce roman les thèmes favoris d'Ann Pratchett, elle y interroge les infinies répercussions qu'une rencontre peut avoir dans la vie des autres et la déflagration d'un événement imprévu sur le reste de l'existence.

"On était des poissons" Nathalie Kuperman - éd Flammarion

"On était des poissons" de Nathalie Kuperman est un récit solaire et terrible. Il raconte une semaine de vacances au Lavandou, la mère a décidé de partir avant la fin de l'année scolaire avec sa fille. Cette dernière ne partage pas vraiment son enthousiasme. Agathe se laisse cependant emportée par sa joie, elle a onze ans, elle admire cette femme fantasque et elle est prête à la suivre partout même quand celle-ci se dérobe, fuit et parfois l'oublie sur une plage jusqu'à la nuit tombée. Cet amour sans condition devra évoluer et se transformer pour que l'enfant résiste aux dérives maternelles. Un récit puissant, troublant et magnifique où l'on se retrouve à hauteur d'enfant à partager peurs, colères, frustrations et amour débordant.  

 

 

"La vengeance m'appartient" Marie NDiaye - éd Gallimard

Quand un client survient pour lui confier une affaire dont rêveraient tous ses confrères de Bordeaux, Maître Suzanne vacille. Elle croit reconnaître cet homme qui vient la solliciter pour la défense de son épouse. Le réel du quotidien apparemment maîtrisé se dérobe, son regard change. Ses parents si aimants le sont-il réellement ? Que cache la femme qu'elle emploie chez elle ? Tout déraille sans grand fracas  vers une lente épouvante où toutes les peurs tapies dans l'ombre de l'histoire familiale et collective se réveillent. Marie NDiaye consolide ici son territoire romanesque. Ce roman s'impose comme l'un des plus intéressants de la rentrée. 

 

 

Prochainement

Prochaines rencontres.

Les rencontres se déroulent à la Bibliothèque Benoîte Groult. Elles sont initiées et animées par la Librairie d'Odessa. Inscription conseillée auprès de la librairie ou de la bibliothèque.

Séance de dédidaces, samedi 19 novembre, entre 17h et 18h30. Nous recevrons Anaïs Nighoghossian pour un livre témoignage sur l'anorexie "Dix sept heures douze, place d'Italie".

Jeudi 24 novembre à 19h. "Féminicides"

 feminicides

Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, nous vous invitons à venir écouter Christelle Taraud qui a dirigé l’ouvrage collectif "Féminicides. Une histoire mondiale." publié en septembre 2022 aux éd La Découverte. Elaboré par une centaine de spécialistes, cet essai explore de manière très rigoureuse, cette guerre faite aux femmes depuis la nuit des temps, des chasses aux sorcières médiévales aux tueries masculinistes contemporaines. Un ouvrage d'une ampleur inédite qui dévoile, chiffres à l'appui, les ravages de ce fléau et qui analyse les représentations culturelles qui nourrisssent ces crimes. La rencontre se déroulera à la Bibliothèque - Réservation conseillée.

Jeudi 1er décembre à 20h : " Par-delà l'attente" 

pardelalattente 

Julia Minkowski signe avec ce deuxième récit le portrait de l'avocate des soeurs Papin, Maître Germaine Brière, figure oubliée de l'histoire. Avocate, Julia Minkowski plonge dans la psyché de sa consoeur, construit avec elle sa plaidoirie et nous fait revivre un fait divers qui ne cesse de fasciner. Julia Minkowski a déjà publié "L'avocat était une femme". La soirée se déroulera à la librairie, à partir de 20h. Réservation recommandée.

Lire la suite...

Connexion