"La peau de l'ours" Joy Sorman - éd Gallimard

 

Un conte qui rappelle sans détour la cruauté des hommes vis à vis du règne animal : les superstitions, l'instrumentalisation, la peur, les persécutions et parfois l'admiration et le respect quand l'animal se rapproche des divinités païennes qui survivent dans le cœur des hommes. Joy Sorman raconte la vie d'un ours, qui pense et réfléchit comme un homme parce qu'il possède en lui une part d'intelligence humaine, comme l'homme abrite aussi en lui une part de bestialité et d'ignorance qui le précipitent parfois vers les ténèbres. Ce magnifique roman est un conte philosophique qui résume à l'échelle de la vie d'un ours, tout le sort réservé aux ours, le plus puissant des animaux parmi les plantigrades et qui avant d'avoir été détrôné par le lion fut le roi des animaux. C'est un récit puissant et fortement attachant qui non seulement nous rappelle nos crimes commis envers l'humanité animale mais nous montre nos inconséquences et notre futilité.

 

"Et rien d'autre" James Salter - éd de L'Olivier

 

C'est un des grands romans de la rentrée. Son auteur, James Salter est un écrivain à part que l'on définit volontiers comme une légende vivante de la littérature américaine. Ce dernier livre, d'un raffinement et d'une élégance rare est une sorte de roman testament sur le temps qui passe. Quarante années (1945 / 1990) de la vie d'un homme qui a fait carrière dans l'édition aux Etats Unis et qui a beaucoup aimé les femmes. La vie et rien d'autre, tout ce qui la compose, les désirs, l'amour, les amitiés, les dérives, les deuils … les intermittences du cœur, les mouvements de la vie... tout ce qui est si difficile à exprimer sans emphases et nostalgie. Comme souvent chez J. Salter, ce récit ne comporte pas de ressort dramatique, l'histoire semble très simple mais ce qui en est dit nous emporte parce qu'elle révèle les mystères de la vie sans chercher à les expliquer.

Voici ce que Salter dit de l'écriture : « faire du grand amoncellement des jours quelques chose qui reste » ou encore «  Il arrive un moment où tout n'est qu'un rêve, que seules les choses qu'a su préserver l'écriture ont des chances d'être vraies ».  

 

"Price" Steve Tesich - éd Monsieur Toussaint Louverture

 

Le roman se déroule durant un été. Dans les années  60, Daniel Price a 18 ans, il vient de passer son Bac et songe, sans grande conviction, à sa vie d'adulte. Il vit à East Chicago, ville industrielle dominée par la  Oil Companie. La vie familiale de Daniel est  conditionnée par un père dépressif qui se pose en perpétuelle victime. Ses sarcasmes envahissent la vie familiale et altèrent  la confiance difficile que Daniel tente de trouver en lui. L'adolescent se cogne régulièrement à la défaite paternelle qui retentit dès les premières pages. L'arrivée d'une adolescente fantasque, Rachel Temerson, transforme la vie de Daniel : émois, espoirs, désirs, premiers rêves d'amour mais Rachel se dérobe sans cesse tout en provocant Daniel. Le récit aborde un tournant plus dramatique quand Daniel décide de prendre sa vie en main. C’est un grand roman sur la fin de l’adolescence dont Steve Tesich évoque avec  beaucoup de subtilité et de justesse tout ce mélange de violence, de démesure,  de naïveté et de romantisme.

 

"L'homme de la montagne" Joyce Maynard - éd P. Rey

 

Ce livre est un hymne magnifique à l'adolescence, ses outrances et ses rêves. Durant l'été 1979, en Californie, deux sœurs se préparent à passer leurs deux mois de vacances à vagabonder dans la montagne toute proche, sous le regard un peu distant d'une mère dépressive et d'un père fantasque. Ce dernier, inspecteur de police, va devenir pour quelques mois un héros, car on lui confie la direction de l'enquête sur des meurtres en série commis dans la région. Le nouveau statut de leur père, donne aux deux jeunes filles une autorité nouvelle auprès de leurs camarades.

Trente ans plus tard, devenue écrivain, Rachel raconte l'été qui a bouleversé la vie des deux sœurs. Conduit comme un thriller, ce roman passionnant décrit une très belle relation père – filles.

 

"Un monde Flamboyant" Siri Hustvedt - éd Actes sud

 

Harriet Burden artiste plasticienne New Yorkaise, épouse d'un célèbre galeriste, a vécu jusqu'au décès de ce dernier, une existence relativement effacée. Elle n'a pourtant jamais cessé de nourrir son univers artistique et de le faire progresser. Elle ne s'est jamais décidée à exposer, redoutant que son double statut de femme et d'épouse d'un galeriste reconnu, brouille les cartes. A la mort de ce dernier, H. Burden est une femme en colère qui souhaite en découdre avec ce monde du marché de l'art dominé par un sexisme revendiqué et un snobisme exacerbé.

 

Lire la suite : "Un monde Flamboyant" Siri Hustvedt - éd Actes sud

"Mécanismes de survie en milieu hostile" Olivia Rosenthal - éd Verticales

 

C'est un récit très intime et très surprenant sur la disparition et sur le deuil. Ce livre parle des fantômes qui nous hantent et ressemble à un exercice d'exorcisme qui convoquent les cauchemars, les délires, les peurs générées par la mort et la disparition des êtres chers. Ce roman se construit sur une succession de récits qui semblent indépendants les uns des autres et qui racontent plusieurs morts, plusieurs formes d'abandon : mort clinique, disparition... l'auteur joue à cache-cache avec le lecteur, le sujet est dissimulé au cœur du roman.

Nous reconnaissons le style très personnel et parfois déroutant de O. Rosenthal, qui aime tordre le cou aux clichés, mélanger des genres et faire que tragique et grotesque se côtoient, sans omettre de faire affleurer une dimension poétique et burlesque afin de mieux contourner la réalité.

 

"Big Brother" Lionel Shiver - éd Belfond

Big brother" Lionel Shiver - éd Belfond

Livre inspiré par le combat de son frère contre son obésité, Big Brother se lit comme une charge contre la société américaine qui ne manque de rien et qui a plus que jamais faim. Que feriez-vous si votre grand frère, jazzman, idole de votre enfance débarquait chez vous trois fois plus gros qu'avant ? Comment faire face au dégoût, comment l'aider à comprendre que ce n'est pas une maladie mais un suicide ? L'auteur n'en a pas eu le temps puisque son frère est mort trop vite pour qu'elle tente de pouvoir l'aider. Alors elle s'est lancée dans l'écriture de ce livre coup de poing.

 

Congo Inc.

"Congo Inc" In Koli Jean Bofane - "d Actes Sud

Très grand roman, In Kolii  Jean Bofane l'a osé, avec lyrisme, il nous entraîne dans toutes les vies d'une Afrique malmenée mais jalousement gardienne de ses coutumes. Dans sa forêt profonde le jeune pygmée Isookànga rêve à son avenir technologique et planétaire, dénicher l'idée géniale que peuvent lui permettre, croit il, ses connexions Internet et les jeux qui le rendent fort, réactif et inventif. Il part à Kinshasa mettre en œuvre ses désirs et rencontrer un parent influent. Ce sera une succession de déconvenues nous entrainant de plain pieds, dans le mondialisme économique et politique, l’exploitation des riches ressources du "tiers monde". Par une écriture magnifique l'auteur décrit la drolatique exubérance africaine, en couleurs et langage, tout en nous servant, au coin d'une page, un humour "sombre" sur les pires exactions perpétuées sur l'homme pour assouvir les basses ambitions des puissants planétaires. La Chine est présente dans un parallèle sur la souffrance des peuples. Aussi les États Unis en grand manitou, une guerre en sert une autre. L'auteur nous entraîne dans lune folie sans foi mais aux lois très strictes. Michèle L./Club de lecture

 

Qu'attendent les singes

"Qu'attendent les singes" Yasmina Khadra - éd Julliard

Sur la base d’une enquête policière, le livre met en lumière les coulisses du pouvoir algérien dans une société gangrénée par la corruption. Ce dernier est entre les mains d’une poignée d’hommes âgés, les rboba, qui autrefois ont eu leur heure de gloire en œuvrant pour l’indépendance du pays. Depuis, ils sont riches, intouchables et odieusement privilégiés. Omnipotents, ils font la pluie et le beau temps dans le  domaine politique, économique et médiatique.  Le personnage principal du roman est féminin, il s’agit de Nora, la commissaire chargée de l’enquête. C’est une femme aux formes généreuses qui affirme ses choix, tant professionnels que sexuels. Dans un pays profondément machiste, être commissaire et homosexuelle, c’est s’exposer en permanence au risque d’être moquée, humiliée et même tuée. Le livre est prenant, bien écrit et édifiant. Pascaline S. / Club de lecture

 

"Telegraph avenue" Michael Chabon - R. Laffont

"Telegraph avenue" Michael Chabon - éd R. Laffont

 Magistralement orchestrées, les aventures jazz, funk, blues et soul des habitants de Telegraph Avenue composent l'épopée réjouissante de la Californie, d'hier et d'aujourd'hui. Sur Telegraph Avenue, à Oakland, en Californie, subsiste un petit paradis des vinylles de collection, Brokeland. Refuge de toute une faune d'habitués, il est tenu par deux amis de longue date.Mais le projet d'implantation d'un gigantesque magasin de disques menace son existence. 

De livre en livre, Michael Chabon emprunte divers genres littéraires pour mieux évoquer les multiples facettes d'une Amérique de légende : "Telegraph Avenue" est un roman musical. "Les extraordinaires aventures de Kavalier et Clay" déploie la magie d'un nouvel art, la bande dessinée. "Le club des policiers yiddish" subvertit les codes du roman noir.

"Un homme ça ne pleure pas" Faïza Guène - éd Fayard

"Un homme ça ne pleure pas" Faïza Guène - éd Fayard

Né à Nice de parents algériens, Mourad voudrait se forger un destin. Son pire cauchemar : devenir le vieux garçon obèse aux cheveux poivre et sel, nourri à base d'huile de friture par sa mère. Pour éviter d'en arriver là, il lui faudra se défaire d'un héritage familial pesant. Ce récit plein d'humour et de tendresse dresse le portrait d'une famille déchirée par les choix contradictoires de chacun.

Faïza Guène s'est imposée, à partir de son premier roman, comme une des voix les plus originales de la littérature contemporaine. L'humour est partout présent dans ce livre, la mère veille aux traditions, omniprésente dans la vie de ses enfants, elle rassemble sa tribu autour d'abondants plats de nourriture. Elle n'hésite pas à se montrer tyrannique et excessive, quitte à étouffer ses enfants sous trop de bienveillance. Le père incarne le rôle du taiseux solitaire qui n'intervient qu'en cas de grande nécessité pour essayer de détramatiser les situations. Difficile de grandir pour les trois enfants issus de ce couple, la fille aînée quittera le foyer dans la rupture, la seconde fille se conformera aux voeux de sa mère et le fils aura bien de la peine à se frayer un chemin hors du nid. C'est une analyse très juste et très sensible qui relate le conflit des générations dans une famille immigrée algérienne aujourd'hui.

Prochainement

cherfrancoisaffiche

Louison dédicacera son nouvel album, "Cher François", samedi 16 décembre entre 15h et 18h. Journal dessiné malicieux qui relate les deux dernières années de la présidence de François Hollande. Louison raconte et croque en 200 pages, ce qu'elle nomme elle-même "des discussions" avec le Président, des anecdotes vécues lors de voyages officiels. Louison choisit l'autodérision, se met en scène, et raconte avec humour, à la première personne, les histoires de son point de vue. Elle nous permet ainsi d'accèder à une bulle privilégiée sans jamais y rentrer tout à fait. Pas besoin de s'intéresser à la politique pour se plonger dans ce journal dessiné, il suffit d'apprécier le trait alerte et malin de Louison et d'éprouver un peu ou beaucoup de sympathie pour François Hollande. 

Lire la suite...

Connexion