Congo Inc.

"Congo Inc" In Koli Jean Bofane - "d Actes Sud

Très grand roman, In Kolii  Jean Bofane l'a osé, avec lyrisme, il nous entraîne dans toutes les vies d'une Afrique malmenée mais jalousement gardienne de ses coutumes. Dans sa forêt profonde le jeune pygmée Isookànga rêve à son avenir technologique et planétaire, dénicher l'idée géniale que peuvent lui permettre, croit il, ses connexions Internet et les jeux qui le rendent fort, réactif et inventif. Il part à Kinshasa mettre en œuvre ses désirs et rencontrer un parent influent. Ce sera une succession de déconvenues nous entrainant de plain pieds, dans le mondialisme économique et politique, l’exploitation des riches ressources du "tiers monde". Par une écriture magnifique l'auteur décrit la drolatique exubérance africaine, en couleurs et langage, tout en nous servant, au coin d'une page, un humour "sombre" sur les pires exactions perpétuées sur l'homme pour assouvir les basses ambitions des puissants planétaires. La Chine est présente dans un parallèle sur la souffrance des peuples. Aussi les États Unis en grand manitou, une guerre en sert une autre. L'auteur nous entraîne dans lune folie sans foi mais aux lois très strictes. Michèle L./Club de lecture

 

Qu'attendent les singes

"Qu'attendent les singes" Yasmina Khadra - éd Julliard

Sur la base d’une enquête policière, le livre met en lumière les coulisses du pouvoir algérien dans une société gangrénée par la corruption. Ce dernier est entre les mains d’une poignée d’hommes âgés, les rboba, qui autrefois ont eu leur heure de gloire en œuvrant pour l’indépendance du pays. Depuis, ils sont riches, intouchables et odieusement privilégiés. Omnipotents, ils font la pluie et le beau temps dans le  domaine politique, économique et médiatique.  Le personnage principal du roman est féminin, il s’agit de Nora, la commissaire chargée de l’enquête. C’est une femme aux formes généreuses qui affirme ses choix, tant professionnels que sexuels. Dans un pays profondément machiste, être commissaire et homosexuelle, c’est s’exposer en permanence au risque d’être moquée, humiliée et même tuée. Le livre est prenant, bien écrit et édifiant. Pascaline S. / Club de lecture

 

"Telegraph avenue" Michael Chabon - R. Laffont

"Telegraph avenue" Michael Chabon - éd R. Laffont

 Magistralement orchestrées, les aventures jazz, funk, blues et soul des habitants de Telegraph Avenue composent l'épopée réjouissante de la Californie, d'hier et d'aujourd'hui. Sur Telegraph Avenue, à Oakland, en Californie, subsiste un petit paradis des vinylles de collection, Brokeland. Refuge de toute une faune d'habitués, il est tenu par deux amis de longue date.Mais le projet d'implantation d'un gigantesque magasin de disques menace son existence. 

De livre en livre, Michael Chabon emprunte divers genres littéraires pour mieux évoquer les multiples facettes d'une Amérique de légende : "Telegraph Avenue" est un roman musical. "Les extraordinaires aventures de Kavalier et Clay" déploie la magie d'un nouvel art, la bande dessinée. "Le club des policiers yiddish" subvertit les codes du roman noir.

"Un homme ça ne pleure pas" Faïza Guène - éd Fayard

"Un homme ça ne pleure pas" Faïza Guène - éd Fayard

Né à Nice de parents algériens, Mourad voudrait se forger un destin. Son pire cauchemar : devenir le vieux garçon obèse aux cheveux poivre et sel, nourri à base d'huile de friture par sa mère. Pour éviter d'en arriver là, il lui faudra se défaire d'un héritage familial pesant. Ce récit plein d'humour et de tendresse dresse le portrait d'une famille déchirée par les choix contradictoires de chacun.

Faïza Guène s'est imposée, à partir de son premier roman, comme une des voix les plus originales de la littérature contemporaine. L'humour est partout présent dans ce livre, la mère veille aux traditions, omniprésente dans la vie de ses enfants, elle rassemble sa tribu autour d'abondants plats de nourriture. Elle n'hésite pas à se montrer tyrannique et excessive, quitte à étouffer ses enfants sous trop de bienveillance. Le père incarne le rôle du taiseux solitaire qui n'intervient qu'en cas de grande nécessité pour essayer de détramatiser les situations. Difficile de grandir pour les trois enfants issus de ce couple, la fille aînée quittera le foyer dans la rupture, la seconde fille se conformera aux voeux de sa mère et le fils aura bien de la peine à se frayer un chemin hors du nid. C'est une analyse très juste et très sensible qui relate le conflit des générations dans une famille immigrée algérienne aujourd'hui.

"La fête de l'insignifiance" Milan Kundera - éd Gallimard

 

 "La fête de l'insignifiance » Milan Kundera – éd Gallimard

Milan Kundera n'avait pas publié depuis 2003. Ce magistral récit condense, en 140 pages, toute l'essence de la pensée de ce très grand écrivain. Il reprend ici ses thèmes de prédilection en les traitant avec une fantaisie extravagante. Si nous devions résumer en une seule phrase ce dernier texte, nous pourrions citer l'un des quatre personnages : «  l'insignifiance est l'essence de l'existence ». Kundera nous incite à aimer cette insignifiance parce qu'elle est partout, alors inutile de se prendre au sérieux. Il en fait ici la démonstration. 

Lire la suite : "La fête de l'insignifiance" Milan Kundera - éd Gallimard

"La fille de mon meilleur ami" Yves Ravey - éd de Minuit

 

« La fille de mon meilleur ami » Yves Ravey – éd de Minuit

Bienvenue dans l'univers de cet auteur que nous suivons de très près et dont nous nous réjouissons d'accueillir ce nouveau roman, un an après « Un notaire peu ordinaire ». Lecteur méfiez-vous, car rien n'est limpide dans l'univers de Yves Ravey, tout détail compte, rien n'est laissé au hasard malgré ce semblant d'insignifiance et de légèreté. Y. Ravey nous livre une histoire cousue de fils de blancs, avec des personnages, archétypes des anti-héros condamnés à échouer. Une histoire qui n'en n'est pas une, et des bombes à retardement qui exploseront fatalement au cours du récit. 

Lire la suite : "La fille de mon meilleur ami" Yves Ravey - éd de Minuit

Un bébé d'or pur" Margaret Drabble - éd C. Bourgois

 

« Un bébé d'or pur » Margaret Drabble – éd Bourgois

Peu connue en France, Margaret Drabble fait ses débuts littéraires dans les années 60 et appartient à la tradition anglo-saxonne classique, héritière directe de Jane Austen. Elle met en avant dans ses romans, la vie domestique en général et l'expérience féminine en particulier.

Ce livre est son dix-huitième roman, il évoque, durant la période des années 70 à nos jours, l'histoire d'une femme, mère d'une enfant handicapée mentale. Elle consacrera sa vie à veiller sur cet être aimé, qui incarne à sa manière, dans une société peu tournée vers le spirituel, un don à chérir et protéger. C'est une réflexion profonde, absolument dénuée de visée morale, sur l'amour et l'amitié, l'évolution des moeurs et la place que prennent, malgré eux, certains êtres capables de mobiliser des sentiments purs et incarnés.

Lire la suite : Un bébé d'or pur" Margaret Drabble - éd C. Bourgois

"Le tort du soldat" Erri de Luca éd Gallimard

"Le tort du soldat" Erri de Luca - éd Gallimard

 

« Le tort du soldat » Erri de Luca – éd Gallimard

C'est un court récit, très dense dans lequel s'entremêlent deux histoires. Celle du narrateur, si proche de l'auteur, qui passe ses journées, comme lui, en montagne et qui le soir venu traduit du yiddish, tout en évoquant ses souvenirs d'enfance : l'île d'Ischia, Naples... La seconde histoire est celle de la fille d'un ancien soldat nazi réfugié en Italie et dont « le seul tort fut d'avoir perdu la guerre ». Aucun lien en apparence entre ces deux personnages qui comprennent chacun à leur manière l'importance du silence et le pouvoir des mots à demi prononcés. 

Lire la suite : "Le tort du soldat" Erri de Luca éd Gallimard

"La petite communiste qui ne souriait pas" Lola Lafon - éd Actes Sud

 

« La petite communiste qui ne souriait pas » Lola Fafon – éd Actes Sud

Fascinée par le destin de la  gymnaste roumaine Nadia Comaneci, qui apparu pour la première fois au public international en 1976 au Jeux Olympiques de Montréal, Lola Lafon entreprend d'imaginer l'expérience que vécut cette fillette qui est devenue le symbole d'une Europe révolue.

Cette acrobate a voltigé d'Est en Ouest devant des juges sportifs, politiques et médiatiques. Elle a incarné le rêve de la perfection et du dépassement sans limites.

Personne n'avait jugé bon de s 'intéresser de si près à ce que cette enfant avait ressenti durant ses années de formation et d'exposition. Née plus tard, Lola Lafon n'a pas connu, au moment de sa gloire, l'icône des tapis et des barres, pourtant la fascination demeure intacte et nous permet de revivre plus de quarante après cet enchantement.

 

"Réparer les vivants" Maylis de Kerangal - éd Verticales

 

« Réparer les vivants » Maylis de Kerangal – éd Verticales

Simon Limbres, jeune surfeur normand se retrouve après une nuit de glisse au service de réanimation aux urgences du Havre. Le pronostic est sans appel, le jeune homme ne survivra pas. Aux parents foudroyés de douleur, on parle du don d'organes et d'une décision imminente à prendre pour permettre à d'autres de survivre.

S'enclenche alors la course contre la montre pour récupérer les organes de Simon. C'est Thomas Rémige, infirmier coordinateur du service de prélèvement des organes, qui orchestre ces opérations. Malgré la description très précise des actes chirurgicaux successifs, cela s'apparente à une cérémonie antique :  un chant  scande les gestes des chirurgiens qui travaillent à  la remise en état du corps du mort. C'est une mélopée, un poème qui raconte comment la vie et la mort se rejoignent.

 

"Opération Sweet Tooth" Ian McEwan - éd Gallimard

 

« Opération Sweet Tooth » Ian McEwan -é d Gallimard

En grande Bretagne, dans les années 70, la guerre froide est loin d'être finie. Serena Frome se présente comme la recrue idéale pour le M15 car la légendaire agence de renseignement a décidé de régner sur les esprits en encourageant des écrivains, dont l'idéologie s'accorde à celle du gouvernement. Serena, lectrice compulsive semble être la candidate idéale pour infiltrer l'univers de Tom Haley, un jeune auteur prometteur.

Mêlant fiction et réalité, le romancier souligne l'influence de la littérature sur nos existences. C'est un roman intelleligent, emprunt de nostalgie et surtout un grand roman d'amour.

 

Prochainement

Rencontre avec J.B. Andrea.

Un premier roman bouleversant.

Mardi 17 octobre à 20 h.

mareine

Ce roman magnifique, singulier et inclassable, est une des plus belles découvertes de la rentrée littéraire.

Jean-Baptiste Andrea, célèbre l'enfance à travers la voix et la pensée d'un garçon de 12 ans qui souffre de troubles psychiques qui l'isolent et brouillent parfois sa perception de la réalité.

Depuis que son père lui a offert un blouson publicitaire de la marque Shell, il se fait appeler Shell. Il vit dans la vallée de l'Asse avec ses parents qui tiennent une station service. Quand il comprend qu'il sera bientôt placé dans un institut spécialisé, il fugue dans la montagne et va vivre tout un été, livré à lui-même.

Pour Shell, ce n'est pas une fuite, c'est le chemin qu'il doit prendre pour s'émanciper et devenir un homme. Il rencontre Viviane, elle apparaît comme un enchantement sur son chemin. Intrépide, effrontée, Viviane devient une compagne de jeu qui impose ses règles avec détermination. Elle sera sa "Reine". A ce titre, Shell ne pourra rien lui refuser et elle pourra tout lui demander.

Ces jeux innocents, fondés sur des défis enfantins, prennent parfois des tournures inquiètantes. Mais l'histoire appartient à Shell. C'est lui qui raconte, avec sa manière si singulière de considérer ce qui lui arrive.

 

Lire la suite...

Connexion