"Souvenirs de la marée basse" C. Thomas - éd du seuil

Nager. Nager pour fuir les contraintes, pour échapper aux vies imposées, aux destins réduits. Nager pour inventer sa sensualité, préserver sa fantaisie. C’est ce qu’a sans doute ressenti Jackie toute sa vie, commencée en 1919 et menée selon une liberté secrète, obstinée, qui la faisait, dans un âge bien avancé, parcourir des kilomètres pour aller se baigner sur sa plage préférée, à Villefranche-sur-Mer. Entre-temps, elle s’était mariée, avait quitté Lyon pour Arcachon, puis, devenue jeune veuve, avait échangé le cap Ferret contre le cap Ferrat, avec sa mer plus chaude, son grand été. Qu’a-t-elle légué à sa fille Chantal ? Quelque chose d’indomptable, ou de discrètement insoumis, et cette intuition que la nage, cette pratique qui ne laisse aucune trace, est l’occasion d’une insaisissable liberté, comme lorsque jeune fille, au début des années 30, Jackie avait, en toute désinvolture, enchaîné quelques longueurs dans le Grand Canal du château de Versailles sous l’oeil ahuri des jardiniers. 

"Taba-Taba" Patrick Deville - éd du Seuil

Le roman commence à Mindin, en face de Saint-Nazaire, au début des années 1960, dans un hôpital psychiatrique : un enfant boiteux, dont le père est administrateur du lieu, se lie d’amitié avec un des internés, un ancien de la marine qui, se balançant d’arrière en avant, répète sans cesse la même formule énigmatique : Taba-Taba. À partir de là, Patrick Deville déroule le long ruban de l’Histoire nationale et internationale, car la France, ce n’est pas seulement l’Hexagone : le narrateur se promène autour de la planète, pour rappeler l’épopée coloniale avec ses désastres mais aussi ses entreprises audacieuses (canal de Suez, de Panamá). Cette grande fresque romanesque va de Napoléon III aux attentats qui ont ensanglanté récemment le pays, en passant par la Grande Guerre et ses tranchées, puis par le Front populaire, la Débâcle, l’Occupation, la Résistance, le Vercors, la Libération. 

 

 

"La disparition de Joseph Mengele" O. Guez - éd Grasset

Josef Mengele arrive en Argentine en 1949. Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ? La Disparition de Josef Mengele  est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

 

"Farallon Islands" Abby Geni - éd Actes sud

Situé à six heures des côtes américaines au large de San Francisco, cet archipel est un lieu stratégique car de nombreuses espèces y font escale pour se reproduire : gros mammifères marins, oiseaux... Miranda, photographe animalière, rejoint un petit groupe de scientifiques qui y demeurent toute l'année. Dès que Miranda met le pied sur l'île, elle frôle l'accident mortel. Ici le terrain n'appartient pas à l'humain mais aux animaux sauvages qui l'occupent au fil des saisons. Les scientifiques sont là pour observer, noter mais en aucun cas pour interférer. Ce que Miranda va vivre durant ses huit mois de résidence, c'est à la fois une formidable immersion dans le monde sauvage et une exceptionnelle révélation sur sa propre nature. Pour le lecteur ce sera un formidable et vertigineux voyage géographique et introspectif.

 

 

"Les invisibles" Roy Jacobsen – éd Gallimard,

 

«  Les invisibles » nous transporte au début du 20ème siècle sur une île minuscule nichée dans un archipel situé au nord de la Norvège. L'île porte le nom de la famille Barroy qui l'habite depuis des générations. Pêcheurs et éleveurs, ils tirent toutes les ressources possibles de ce petit bout de terre. La vie y est minutieusement décrite par Ingrid, qui est âgée de trois ans au début du récit. C'est par son regard que le lecteur découvre, observe, écoute la vie se dérouler dans cette île, au sein de cette famille et au rythme des saisons. Leur survie dépend de leur capacité à composer avec l'hostilité des éléments qui font partie intégrante de leur vie et qu'ils accueillent avec fatalisme, humilité et une ingéniosité effarante. Cet attachement fusionnel à ce lieu nous interroge sur notre façon de regarder et de ressentir notre environnement. Un récit puissant, magnifique et envoûtant. Tout l'immense talent de Roy Jacobsen est de nous rendre visibles ces « invisibles ».

 

 

"Rendez-vous à Positano" Goliarda Sapienza - ed Le Tripode

C'est un roman d'amour, dédié à une femme et un lieu. Quelques années après la fin de la guerre, G. Sapienza découvre un modeste village près de Naples, Positano. Elle y fait la connaissance d'Erica, une belle et élégante femme sur laquelle tous les regards se posent et qui fréquente ce lieu depuis l'enfance. Elles seront amies pendant une vingtaine d'années. G. Sapienza sait dire le génie des lieux, la beauté des êtres et les variations du temps. Au gré d'une écriture baroque, faite de digressions et d'ellipses, elle nous décrit la métamorphose d'un lieu soumis et d'une amitié tragique. Elle transforme sous nos yeux un village en théâtre de sa propre quête de vérité. G. Sapienza est l'auteur de "L'art de la joie" traduit et paru en 2005.

 

 

"Entre eux" Richard Ford - éd de l'Olivier

En deux textes qui se répondent, Richard Ford retrace la vie des ses parents. Deux amoureux inséparables qui vécurent jusqu'à la naissance de leur fils unique, une relation fusionnelle et joyeuse. Deux jeunes gens issus de la classe moyenne du sud des Etats Unis, lui représentant de commerce, elle femme au foyer qui le suit sur les routes pendant les quinze premières années de leur mariage. Ils incarnent l"Amérique des années 50 et font bien évidemment penser aux personnages souvent décrits dans les romans de Richard Ford. En marge de ses romans, ce livre sensible et émouvant est l'hommage d'un grand écrivain à ses parents et une clée à la compréhension de son oeuvre.

 

 

"Attachement féroce" Vivian Gornick - éd Rivages

Paru aux Etas-Unis en 1987, c'est un récit essentiel dans l'oeuvre de Vivian Gornick, figure emblématique du féminisme outre-atlantique. Deux femmes se promènent dans New-York, de Manhattan à Central Park. La mère a 77 ans, sa fille Vivian une cinquantaine d'années. Elles s'exaspèrent mutuellement, se disputent, s'insupportent durant ces promenades ritualisées qui les ramènent inexorablement vers leur quartier d'origine le Bronx, où Vivian a vécu son enfance. On apprend au cours de ces escapades qui ponctuent tout le récit que la mort du père, survenue lorsque Vivian avait une dizaine d'années a ancré sa mère dans une éternelle posture de veuve éplorée.Vivian en veut à cette femme qui a construit une forme de roman familial qui l'empêche de trouver pour elle même des issues à sa vie affective. Le début du récit se déroule dans leur immeuble du Bronx dans les années 50 où s'entassent des familles de classe moyenne, italiennes, juives, polonaises ou russes.

Lire la suite : "Attachement féroce" Vivian Gornick - éd Rivages

"Un livre de raison" Joan Didion - éd Grasset

Journaliste, écrivain, Joan Didion occupe la scène littéraire américaine depuis une quarantaine d'années. Dans ce roman « Un livre de raison » publié en 1978, la narratrice Grace, vit à Boca Grande, une république imaginaire d'Amérique centrale, entre jungle et cité futuriste, gouvernée par une famille de dictateurs. Grace a été l'épouse d'un membre de ce clan, désormais veuve, elle administre le domaine dont elle a hérité. Survient dans ce paysage sans contours ni reliefs, une américaine, « la norteamericana » : Charlotte Douglas. Silhouette élégante et évanescente qui arpente les rues de la capitale et devient une enigme dans cette société fermée où tout le monde se connaît. Grace rencontre Charlotte, cette dernière semble très confuse et ne parvient pas à expliquer les raisons de son séjour dans ce petit pays. 

Lire la suite : "Un livre de raison" Joan Didion - éd Grasset

"La vie automatique" Christian Oster - éd de l'Olivier

Au départ, il y a l'incendie. Jean a oublié d'éteindre sous une casserole. Il en profite pour oublier aussi sa vie en abandonnant sa maison aux flammes. Acteur de séries B, il va désormais se contenter de survivre. La fiction devient son refuge, la vie elle-même une toile de fond. C'est dans cette atmosphère de désenchantement qu'il rencontre France Rivière, une actrice encore célèbre qui lui propose de s'installer chez elle. Puis son fils, Charles, un homme intrigant qui sort de l'hôpital psychiatrique. Jean s'attache à ses pas, perd sa trace, s'interroge sur son absence, qui le renvoie à celle qu'il éprouve face au monde. Dans ce roman à l'écriture tendue, Christian Oster évoque la dérive d'un homme qui interroge, de manière souvent cocasse, le renoncement dans lequel il s'est installé. 

 

"Le grand combat" Ta-Nehisi Coates - éd Autrement

À West Baltimore dans les années 1980, les gangs et le crack sont le seul horizon des gosses du quartier. Ta-Nehisi est voué lui aussi à devenir un bad boy. Mais son père Paul, ancien Black Panther passionné de littérature, lui fait découvrir Malcolm X et James Baldwin. C'est une révélation. L'adolescent rêveur, égaré dans les frasques d'une famille hors norme, se jure d'échapper à son destin. Épopée lyrique aux accents hip-hop, portée par l'amour et l'ambition, Le Grand Combat est l'histoire magnifique d'un éveil au monde, un formidable message d'espoir. Né à Baltimore en 1975, Ta-Nehesi Coates est l'auteur de « Une colère noire » qui a reçu le National Book Award en 2015. 

 

Prochainement

Entre ciel et mer. Exposition photographique, dimanche 7 avril.

couverturebretagnenetredeuxmondes 

Le photographe Xavier Desmier porte son regard de la mer vers la côte. Le corps immergé, il sillonne et photographie cet entre-deux, mi-aérien, mi-marin où cohabitent une faune et une flore aquatiques.

Un travail original et fascinant qui nous dévoile ce que nous pourrions voir si nous avions des nageoires et si nous habitions cet entre deux mondes.

Nous vous invitons à découvrir, en quelques tirages et grâce à un somptueux album, cette expérience visuelle et sensorielle. Un voyage poétique aux confins d'un monde si proche et si méconnu. Toutes les photographies ont été prises près des côtes bretonnes.

Les tirages seront accrochés dès l'ouverture de la librairie. Xavier Desmier sera présent toute la journée. Vous pourrez le rencontrer et l'interroger sur cette surprenante démarche artistique.

Lire la suite...

Connexion