"Le chagrin des vivants" Anna Hope - Ed Gallimard

C'est un premier roman qui fait preuve d'une très grande maîtrise. Nous sommes en 1920 et Londres s'apprête à accueillir la dépouille du soldat inconnu pour une grande cérémonie du souvenir, deux ans après l'armistice. Le Royaume Uni compte encore ses morts et cette commémoration devrait permettre à la nation de se rassembler dans un deuil partagé. Durant ces cinq jours, Anna Hope raconte le destin de trois femmes : Ada, Hettie et Evelyn qui, comme le reste de la population, assistent à cet hommage. On suit avec un intérêt grandissant le cheminement des trois femmes. Ada dont le fils est mort en 1917 mais qui attend toujours une explication claire des circonstances de son décès. Le désarroi d'Hettie, jeune fille de dix-neuf ans qui aspire à plus de légèreté et qui aimerait bien se tourner vers l'avenir. Mais Hettie est sans cesse renvoyée à la guerre et à ses traumatismes, car son propre frère qui en est revenu, est incapable de reprendre une vie normale. Le fiancé d' Evelyn est mort sur le front et elle ne s'autorise plus à vivre. Anna Hope rend un très bel hommage à toutes ces femmes dans la guerre qui ont contribué à la renaissance d'un pays privé de ses hommes et qui doivent ré-apprendre à vivre sans eux. Des femmes fortes qui vont redonner un sens à leur existence.

"Il est avantageux d'avoir où aller" Emmanuel Carrère - Ed POL

Ce livre est une anthologie qui rassemble une trentaine d'articles, reportages, interviews, publiés dans la presse entre 1990 et 2015. Il existe une réelle continuité de ton et d'intention et le lecteur familier des romans d'Emmanuel Carrère ne sera pas surpris de retrouver, dans ces textes courts, sa singulière présence à l'écriture. Ce formidable auteur aime se confronter à des destins individuels qui le renvoient à sa propre vie et l'amènent à soulever des interrogations fondamentales. Qu'il soit journaliste ou romancier, il est toujours question pour Emmanuel Carrère de la posture morale de l'écrivain qui s'empare de la vie des autres. Portraitiste, témoin, Emmanuel Carrère ne cesse de nous étonner en construisant une œuvre riche, animée par une forte curiosité pour l'autre, la quête de la vérité, l'humour et l'auto-dérision.

 

"En attendant Bojangles" Olivier Bourdeaut - ed Finitude

 Le titre évoque une chanson de Nina Simone, sur laquelle Louise et Georges dansent inlassablement sous le regard ébloui de leur fils. C'est l'histoire de ce couple, de leur vie qu'ils ré-inventent chaque jour en la transformant en un tourbillon de fêtes, de rires, d'amour et d'amitiés. On croise chez eux un grand oiseau exotique, appelée Mademoiselle Superfétatoire, des amis fantasques, noceurs et libres. L'enfant observe le balai des adultes, pour lui, chaque jour est une fête. C'est un roman d'une poésie et d'une générosité rares, qui emporte loin, très loin parce que c'est l'histoire d'un amour absolu et fou que n'entrave aucun principe de réalité, même un diagnostic clinique irréfutable. Une énorme surprise littéraire, un cadeau exceptionnel fait aux lecteurs. Merci Olivier Bourdeaut, pour ce fabuleux premier roman qui procure un bonheur immédiat et sans limite.  

 

"Miniaturiste"Jessie Burton - éd Gallimard

"Nella Oortman a dix-huit ans quand elle rejoint Amsterdam pour retrouver l'homme qui l'a épousée : Johannes Brandt. Riche marchand qui vit dans une opulente demeure au bord du canal. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur. La jeune fille entreprend de la meubler grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison Brandt avant de prendre en main son destin et de donner une tournure très romanesque au récit. Une lecture haletante, entrainée par une succession de rebondissements, et enrichissante dans sa description de cette « ville monde » principal carrefour commercial au 17 ème siècle. Un roman d’aventures et de suspens brillamment mené par un jeune écrivain britannique.

 

"Les prophètes du fjord de l'éternité" Kim Lein - éd Gallimard

Fin XVIII ème siècle, Morten Falk, jeune pasteur sans grande vocation, passionné par les sciences, la philosophie et la médecine, s'engage comme missionnaire dans les colonies groenlandaises. Il échoue sur une terre hostile où règnent la débauche,  l'obscurantisme, l’envie… et une solitude profonde qui ont notamment conduit son prédécesseur au suicide. Inutile d'espérer, il ne réussira pas plus que ses pères mais il avancera sans relâche, insatiable, animé par un humanisme qui n'a pas forcément à voir avec la religion, et une malchance incroyable, qu'il attire en toute circonstance. Âme sensible s’abstenir, ce roman sur la chute, nous plonge à doses immodérées dans les tréfonds d'une âme perdue pour les autres, Dieu et lui-même. Rien d’absolument dramatique cependant car l'auteur nous invite à rire à gorge déployée des déboires de son héros. Ce roman se situe au delà de la farce, c’est un grand roman, de ceux qui hantent longtemps l'esprit du lecteur, bien après qu'il ait refermé le livre.

"Lila" Marilynne Robinson - éd Actes Sud

Au commencement, il y a une petite fille transie par la froid, qui vit comme une bête apeurée dans une sombre maison où transitent des individus violents. On se demande comment cet enfant de quatre ans est encore en vie. Doll l'emporte une nuit sans trop savoir ce qu'elle fait, et dérobe cet enfant, tout en la sauvant d'une mort certaine. Doll demeurera à jamais pour Lila cet ange qui la souleva dans ses bras, les premiers qu'elle connut. Ce livre magnifique raconte l'épopée de Lila et Doll, sur les routes poussièreuses que suivent les travailleurs saisonniers pour survivre dans l'Amérique en crise des années 30. Doll veillera sur Lila, lui apprendra à survivre, l'éduquera et l'aimera. Lila ne se remettra jamais de la disparition de Doll et s'est après avoir vécu de nombreuses années sur les routes qu'elle atterrira dans un village de l'Iowa, Gilead, et rencontrera le pasteur John Ames.

Lire la suite : "Lila" Marilynne Robinson - éd Actes Sud

"Comment les grands de ce monde se promènent en bateau" Mélanie Sadler -éd Flammarion

 

Spécialiste des Aztèques, Javier Leonardo Borges décide de participer à un séminaire où il parlerait du sultan ottoman Suleyman (Soliman le Maginifique). Qu'elle n'est pas sa surprise quand il découvre dans ces documents d'étude, des mentions cachées de la tradition aztèque. Une folle enquête s'engage, de rebondissements en rebondissements, le chercheur découvre qu'il se trouve en présence d'une des plus grandes impostures historiques. Un récit qui donne le tourni, érudit, drôle et surprenant. La vérité et autres mensonges ! dans une atmosphère qui rappelle celle des contes des mille et une nuits. 

 

"Le coeur du pélican" Cécile Coulon - éd Viviane Hamy

 

Dans le poème de Musset "La nuit de mai" le pélican, qui a fouillé les océans en vain pour nourrir sa nichée, se déchire la poitrine avec son bec et le donne à manger à ses petits, il se sacrifie pour que d'autres survivent. Ce n'est pas exactement le cas d'Anthime, le jeune héros du dernier roman de Cécile Coulon. Comme le pélican, l'animal emblématique qui orne ses vêtements de sport, il ressent le besoin de "s'arracher le coeur" pour l'offrir à son public quand il court sur les stades de sa ville. Il court à s'arracher le coeur pour exister aux yeux des autres et en particulier devant Béatrice dont il est amoureux. Sa notoriété grandit et il devient champion régional et national jusqu'au jour de la chute qui l'éloigne à jamais des podiums et annule tous ses projets. Vingt ans après on le retrouve dans le même village, il végète dans une vie de couple qui ne le satisfait pas, il a pris 20 kilos, il rumine ses rêves d'antan quand la mort de son ancien coach le réveille et le ramène à la vie : il décide de reprendre l'entraînement pour traverser le pays en courant. Roman de la chute et du retour, Anthime le pélican est un héros de tragédie. Cette errance pesante traduite par un style asphyxiant en fait aussi un contemporain proche, écrasé par la vie mais qui tentera de remettre en jeu son destin.

 

"Une fille" Juliette Kahane - éd de l'Olivier

 

« Une fille », enfant elle grandit entre sa mère et sa grand-mère, entre désordre et mélancolie, dans un véritable capharnaüm : « le monde dingue, le monde enfermé de la maison des femmes ». Quand surgit le père, un Don Juan anarchiste et flambeur, tout est possible et complètement terrifiant. Elle sait du haut ses treize ans, ce qui plaira ou déplaira à son père et elle s'évertue à lui faire honneur. Il l'attend certains soirs dans la rue, au volant d'une voiture de sport, et l'emmène rue Saint-Séverin, dans une boite qu'il a achetée « La grande Séverine ». Ce père se nomme Maurice Girodias, il est le fondateur des éditions du Chêne (1941) et des éditions Olympia Press (1955). Il a publié Lolita de Vladimir Nabokov, les oeuvres de Henry Miller, Samuel Beckett, Georges Bataille, Jean Genet, et des romans pornographiques qui lui ont valu plusieurs procès. Pour certains, il représente un héros de la lutte contre la censure, pour d'autres, un aventurier sans scrupules.

Lire la suite : "Une fille" Juliette Kahane - éd de l'Olivier

"Americanah" Chimamanda Ngozi Adichie - éd Gallimard

Chimamanda Ngozi Adichie examine, avec un humour caustique la question de la race et du racisme aux Etats-Unis. Sa narratrice Ifemelu, native du Nigéria, s'installe aux Etats-Unis pour poursuivre ses études. Assez rapidement elle crée un blog afin de partager ses interrogations sur les manières de vivre, de penser et de se comporter dans ce pays. Véritable centre d'observation sociologique, ce blog s'intitule « Observations diverses sur les Noirs américains par une Noire non-américaine ». Le blog devient rapidement une référence, ce qui permet à Ifemelu d'en vivre très correctement.

Lire la suite : "Americanah" Chimamanda Ngozi Adichie - éd Gallimard

"Joseph" Marie-Hélène Lafon - éd Buchet Chastel

 Dans Joseph MH Lafon fait avec pudeur, sans pathos, sans mélancolie ni effets dramatiques mais avec empathie et une certaine tendresse le portrait d'un ouvrier agricole. Elle décrit une paysannerie actuelle qui semble appartenir au passé. L'écriture est à la fois brutale et poétique, simple, épurée, précise. Un bijou !

Catherine G. / club de lecture/ sept. 2014

 

Prochainement

Mercredi 28 février 

manouchian

Missak et Mélinée Manouchian, deux étrangers, arméniens et communistes, entrent au Panthéon le 21 février 2024. La valeur symbolique de cet événement est majeure. Deux orphelins du génocide des Arméniens devenus héros de la Résistance française. Denis Peschanski, historien et co-auteur du livre retracera avec vous ce parcours documentaire nourri d’archives dont de nombreux inédits.

Lieu : 19h, Bibliothèque Benoîte Groult. Réservation conseillée

Mardi 12 mars 

Droits des femmes. Où en sommes-nous ?

tortureblanche

Une table ronde pour débattre et échanger avec Sophia Aram, Laure Daussy et Iris Farkhondeh. "Femmes, Vie, Liberté" sera l’étendard de cette soirée consacrée aux femmes et à leurs droits dans le monde. "Torture blanche" de Narges Mohammadi, prix nobel de la paix 2023, parait le 6 mars.

Lieu : 19h, Bibliothèque Benoîte Groult. Réservation conseillée

Jeudi 25 avril 

 leconvoi

Rencontre avec Beata Umubyeyi Mairesse

Le 18 juin 1994, quelques semaines avant la fin du génocide des Tutsi au Rwanda, Beata Umubyeyi Mairesse, alors adolescente, a eu la vie sauve grâce à un convoi humanitaire suisse.Treize ans après, elle entre en contact avec l'équipe de la BBC qui a filmé et photographié ce convoi. Commence alors une enquête acharnée (entre le Rwanda, le Royaume-Uni, la Suisse, la France, l'Italie et l'Afrique du Sud) pour recomposer les événements auprès des témoins encore vivants : rescapés, humanitaires, journalistes. Nourri de réflexions sur l'acte de témoigner et la valeur des traces, "Le convoi" offre une contribution essentielle à la réappropriation et à la transmission de cette mémoire collective.

Lieu : 19h, Bibliothèque Benoîte Groult. Réservation conseillée

 

Lire la suite...

Connexion