"Personne ne disparaît" Catherine Lacey - Ed Actes Sud

C'est un premier roman et c'est absolument bouleversant. Un livre qui ne ressemble à aucun autre. Il se lit dans un souffle, en une nuit, dans l'émotion, le sourire et le désarroi car ce livre sonne juste et résonne fort à l'intérieur du lecteur. Une New-Yorkaise de 28 ans, plaque tout, mari, travail... pour partir en Nouvelle-Zélande. Un coup de tête, une forte dépression, une profonde interrogation sur sa vie... Plus que tout cela, ce voyage est un vertigineux périple intérieur qui prend la forme d'un renoncement au monde. Ce livre parle de la perte de soi et du divorce d'avec soi-même. Ce sujet a rarement été traité avec une telle intelligence, une telle profondeur. Car il s'agit de plonger, toujours plus loin, avec Elyria, dans cette perte, cette indifférence à soi-même, qui s'apparente à un suicide social mais qui est plus que cela, un abandon. Elle parle de son ennemi intérieur, celui qui revient quand elle n'arrive plus à faire le tri dans les choix, les décisions à prendre, les avis à donner pour se comporter comme « un adulte responsable », elle le nomme « Le Yack ». Catherine Lacey parvient à exprimer l'intime, l'âme et le corps, en soulevant toutes les interrogations possibles, dans un refus têtu de ne plier devant aucune concession. L'extrême originalité de ce récit tient beaucoup à sa forme où se mêlent à la fois, un puissant décalage, une audace surprenante à parler sans retenue de ce que généralement on préfère taire et la capacité à recourir souvent à une forme d'auto-dérision. 

Prochainement

Rencontre avec J.B. Andrea.

Un premier roman bouleversant.

Mardi 17 octobre à 20 h.

mareine

Ce roman magnifique, singulier et inclassable, est une des plus belles découvertes de la rentrée littéraire.

Jean-Baptiste Andrea, célèbre l'enfance à travers la voix et la pensée d'un garçon de 12 ans qui souffre de troubles psychiques qui l'isolent et brouillent parfois sa perception de la réalité.

Depuis que son père lui a offert un blouson publicitaire de la marque Shell, il se fait appeler Shell. Il vit dans la vallée de l'Asse avec ses parents qui tiennent une station service. Quand il comprend qu'il sera bientôt placé dans un institut spécialisé, il fugue dans la montagne et va vivre tout un été, livré à lui-même.

Pour Shell, ce n'est pas une fuite, c'est le chemin qu'il doit prendre pour s'émanciper et devenir un homme. Il rencontre Viviane, elle apparaît comme un enchantement sur son chemin. Intrépide, effrontée, Viviane devient une compagne de jeu qui impose ses règles avec détermination. Elle sera sa "Reine". A ce titre, Shell ne pourra rien lui refuser et elle pourra tout lui demander.

Ces jeux innocents, fondés sur des défis enfantins, prennent parfois des tournures inquiètantes. Mais l'histoire appartient à Shell. C'est lui qui raconte, avec sa manière si singulière de considérer ce qui lui arrive.

 

Lire la suite...

Connexion