"La vie très privée de Mr Sim" - J. Coe - Folio Gallimard

Sa femme l'a quitté, il n'a pas d'amis : déprimé, accablé de solitude, Maxwell Sim en vient à accepter une proposition professionnelle saugrenue : la promotion d'une brosse à dents écologique. Au volant d'une voiture hybride, le voici qui file sur les routes d'Angleterre, et ce voyage de plus en plus aléatoire devient prétexte à revisiter son passé, soutenu par la voix angélique de son GPS, dont il tombe amoureux. Divinement caustique, ce roman de Jonathan Coe est l'odyssée d'un perdant, désespérément drôle jusqu'à la dernière page, où l'auteur se révèle un subtil manipulateur. Tout est magistralement orchestré pour nous faire saisir la complexité des choses simples, et l'étrangeté au coeur de l'ordinaire. La personnalité de Mr Sim, bien plus riche qu'il n'y paraît de prime abord, devient de plus en plus dense au fur et à mesure de notre voyage en compagnie de cet homme ordinaire, exerçant un métier ordinaire, dans une ville ordinaire. Surprenant, comme l'est le dernier chapitre de ce roman. Ce roman est le plus drôle et le plus désespéré de l'écrivain anglais Jonathan Coe. C'est une vaste réflexion sur l'imposture, les mensonges que l'on raconte et dont on se nourrit soi-même. Pour illustrer ce propos, l'histoire foisonne d'autres personnages qui tissent leurs illusions, que ce soient à des fins personnelles ou économiques. Le récit convoque l'histoire vraie de Donald Crowshurt, homme d'affaire passionné par la voile et qui s'engagea dans une course en solitaire à la fin des années soixante. Très vite, il dû renoncer, mais préféra mentir au monde entier, en laissant entendre qu'il était toujours dans la course. Fou de solitude et confronté à ce gigantesque mensonge, il ne survécu pas à son imposture. Maxwell Sim tourne autour de l'histoire de cet aventurier, il en devient l'incarnation des années 2010. Prostré chez lui entre deux assauts dépressifs, il égrène ce qui ne va pas dans sa vie, ses douloureuses relations avec son père, l'indifférence moqueuse de son ex-épouse, ses pâles ambitions professionnelles... Le ton est résolument sarcastique et très original. Il permet de décrire les ressorts d'une défaite personnelle très emblématique de notre époque.

"Le ravissement des innocents" T. Selasi - Folio-Gallimard

 

Dans une fureur poétique, Taiye Selasi relate les espoirs puis les désillusions d'une famille africaine du Ghana et de Guinée, installée au États-Unis. Niveau social aisé, réussite professionnelle, amour, famille, jusqu'au jour où, suite à une injustice professionnelle, le père, avocat, contesté dans son intégrité, abandonnera femme et enfants, entraînant la famille dans le malheur en projettant une ombre définitive sur leurs vies. Analyse psychologique ciselée avec justesse sur les drames éprouvés par la famille éclatée, particulièrement par les jumeaux, frère et la sœur, malmenés dans une épreuve qui les tiendra séparés de longues années, chacun dans un profond mal être. 

Le décès du Père revenu au Ghana, reformera la famille au pays et resserrera leurs liens distendus par les événements survenus lors de l’abandon du Père. Ce retour au Ghana favorisera le rapprochement dans leurs culture, la compréhension des différences d’ici et là bas. Très beau texte, abrupte et poétique, belles descriptions sur la violence des sentiments, confrontation des cultures. Les paysages sont décrits avec réalisme, noir et blanc pour les Etats Unis. Technicolors pour le Ghana. Bouleversant, plein d’espoir d’un futur à construire. Michèle L. / club de lecture/ sept. 2014

 

"Sagan 1954" Anne Berest - Livre de Poche

Le 15 mars 1954 paraît "Bonjour tristesse", c'est le premier roman d'une jeune fille de dix-huit ans Françoise Quoirez, dite Sagan. Elle devient riche, célèbre, noctambule, et légendaire. Romancière, Anne Berest se revêt "de la vie de Françoise pour oublier la sienne" et ajuste son exitence à celle de son aînée. Tout à la fois roman, biographie, autofiction, ce livre est un émouvant hommage à sagan.

 

"L'année des volcans" F.G. Lorrain - J'ai lu

C'est l'histoire de trois monstres du cinéma Anna Magnani, Ingrid Bergman et Roberto Rossellini.

Bergman vient de quitter Magnani pour Bergman, les deux femmes tournent sur deux îles voisines en Italie, Stromboli et Vulcano. Elles s'invectivent et souffrent à distance, Bergman manipule et ils font tous trois les choux gras de la presse à scandale. Le romancier recompose le puzzle de ses vies enchaînées par la passion. Ce récit se dévore comme une chronique émouvante d'une époque.

 

"Un homme ça ne pleure pas" Faïza Guène" - Livre de Poche

Né à Nice de parents algériens, Mourad voudrait se forger un destin. Son pire cauchemar : devenir le vieux garçon obèse aux cheveux poivre et sel, nourri à base d'huile de friture par sa mère. Pour éviter d'en arriver là, il lui faudra se défaire d'un héritage familial pesant. Ce récit plein d'humour et de tendresse dresse le portrait d'une famille déchirée par les choix contradictoires de chacun.

Faïza Guène s'est imposée, à partir de son premier roman, comme une des voix les plus originales de la littérature contemporaine. L'humour est partout présent dans ce livre, la mère veille aux traditions, omniprésente dans la vie de ses enfants, elle rassemble sa tribu autour d'abondants plats de nourriture. Elle n'hésite pas à se montrer tyrannique et excessive, quitte à étouffer ses enfants sous trop de bienveillance. Le père incarne le rôle du taiseux solitaire qui n'intervient qu'en cas de grande nécessité pour essayer de détramatiser les situations. Difficile de grandir pour les trois enfants issus de ce couple, la fille aînée quittera le foyer dans la rupture, la seconde fille se conformera aux voeux de sa mère et le fils aura bien de la peine à se frayer un chemin hors du nid. C'est une analyse très juste et très sensible qui relate le conflit des générations dans une famille immigrée algérienne aujourd'hui.

"Entre amis" Amos Oz - Folio 2015

En huit nouvelles tragi-comiques qui se lisent comme un roman, Amos Oz scrute la vie au Kibboutz. A Yikhat comme ailleurs on se débat avec les chagrins, les frustartions, les injustices, les difficultés à vivre ensemble mais dans un kibboutz on n'est jamais seul... Le temps des fondateurs est loin désormais et les ambitions de chacun ne sont pas toujours en accord avec la communauté. Au Kibboutz comme ailleurs nul n'est parfait et Amos Oz pointe le doigt sur les limites d'un idéal commun.

 

 

"Histoire d'une femme libre" Françoise Giroud - Folio 2015

Après sa tentative de suicide, durant l'été 60, Françoise Giroud écrivit "Histoire d'une femme libre" récit autobiographique, dont Alix de Saint-André a retrouvé le manuscrit qu'on croyait détruit.On y retrouve la voix d'une femme d'exception, complexe et lucide. Elle dresse le portrait des mondes et des hommes qu'elle a croisés.

 

 

 

"La route de Beit Zera" Hubert Mingarelli - éd Point Seuil

H. Mingarelli est un auteur rare qui sous une apparente simplicité, avec une délicatesse et une sobriété extrêmes, évoque le poids des conflits qui écrasent les humains et ravagent les vies.

C'est un auteur qui n'écrit pas sur les conflits mais autour des conflits, sur l'intime des hommes touchés de près ou de loin par les guerres. Un style resséré, une écriture visuelle qui donnent à voir, par les gestes répétitifs du quotidien, les tensions et les affections qui minent en silence ces personnages.

Lire la suite : "La route de Beit Zera" Hubert Mingarelli - éd Point Seuil

"L'incolore Tsukuru-Tazaki et ses années de pèlerinage" Murakami - éd Belfond

 

Ils étaient 5 amis, inséparables durant leurs années de lycée. Tsukuri a du rejoindre Tokyo pour ses études. Un jour, ses amis d'enfance lui ont signifié qu'ils ne souhaitaient plus le revoir, sans donner d'explication et en le laissant méditer sur cette phrase : « Interroge-toi toi même ». Quinze ans après, et une sévère dépression, Tsukuru revient vers sa ville natale à la demande de sa petite amie, qui le pousse à éclaircir cette rupture subite. Tsukuru entreprend un pèlerinage vers sa ville natale. Roman grave et nostalgique qui interroge la mémoire, le poids des regrets, la peur de l'abandon, et la nécessité de l'ouverture aux autres.

 

"Adèle et moi" Julie Wolkenstein - éd Folio

 

Adèle, c’est l’arrière-grand-mère de la narratrice qui en retrace la vie, à fois réelle et imaginée. Ces deux femmes ont  le même attachement pour la maison familiale de St-Pair en Normandie voisine de la Manche, mer dont la présence lumineuse et capricieuse traverse le roman. Le récit est rythmé par les séjours des deux femmes dans ce lieu. Elles y vont en train, dans des  voyages d’abord interminables dont la durée raccourcit au fur et à mesure que le temps passe. Adèle est née en 1870, elle est issue de la grande bourgeoisie dont le passé est toutefois entaché par une mère demi-mondaine. Adèle est une femme libre qui assume ses choix tels celui de son mari. Avec lui, elle vit un mariage heureux et s’adonne avec plaisir à la « chasse au crocodile », petit nom donné à leurs ébats intimes. La vie passe et apporte son lot de joies puis de malheurs, la mort prématurée de son mari, la guerre  et la perte de deux enfants. Adèle est toujours là, on la voit grossie et alanguie sur les coussins de sa véranda normande, puis vieillie et amaigrie parcourir des kilomètres à pied. Composé à partir de faits réels et de l’imaginaire de la narratrice, ce beau portrait de femme est sensible et vivant.  Pascaline S. / Club de lecture

 

"Crime d'Honneur" Elif Shafak - éd 10/18

 

Jeune émigré kurde, Esma porte une histoire familiale entachée de sang. Elle retrace sur trois générations le lourd destin qui la lie à ses ancêtres. Des rives de l'Euphrate à l'Angleterre, la quête de la liberté se heurte aux traditions et Esma va démêler lentement les fils de la haine et de l'amour. 

 

 

Prochainement

Rencontres en juin. 

gloriasteimen

Mercredi 6 juin à 20h : Soirée consacrée à Gloria Steinem, la plus célèbre des féministes américaines. "Actions scandaleuses et rébellions quotidiennes", vient de paraître aux Editions du Portait. Ce recueil de 26 textes, jamais traduits en français, retrace quinze années de la vie de Gloria Steinem, passées à défendre l'égalité homme-femme. Une personnalité exceptionnelle à découvrir avec Rachèle Bevilecqua, qui est à l'origine de la traduction et de la publication de ce livre majeur.

leparisdefrançoistruffaut

Mercredi 20 juin à 20h : "Le Paris de François Truffaut" nous sera révélé par Philippe Lombard, auteur chez Parigramme d'un livre consacré au cinéaste et à sa ville. Une évocation en textes et en images des lieux de tournage chers au cinéaste, que nous revisiterons avec l'auteur le temps d'une soirée. Soirée cinéphiles. Venez révisez vos classiques.

Pour assiter à ces soirées, inscrivez-vous par mail ou tél, ou passez nous voir, nous vous inscrirons.

Lire la suite...

Connexion