"Ils vont tuer Robert Kennedy" Marc Dugain - éd Gallimard

Après  « La malédiction d'Edgar » et  « Avenue des géants », Marc Dugain revient sur le double assassinat des frères Kennedy et décortique tous les ressorts de la gigantesque machination mis en oeuvre pour empêcher ces jeunes démocratiques de transformer leur pays. L'auteur Marc Dugain est le personnage principal de son récit, professeur d’histoire contemporaine en Colombie-Britannique, il fait sa thèse sur l'assassinat de Robert Kennedy. L' intérêt obsessionnel que le narrateur / auteur porte à cette famille est alimenté par la conviction que le décès de ses parents, survenu en 1967 et 1968, aurait un lien avec les meurtres des deux frères Kennedy. Le roman est construit sur une double enquête : celle sur la vie du "père" de Marc Dugain , psychiatre renommé et spécialiste de l’hypnose et la destinée de Robert Kennedy. Ces deux histoires alternent au fil des chapitres et s'entremêlent dangereusement, quand le narrateur émet l'hypothèse que son père, agent secret britannique durant la seconde guerre mondiale, aurait pu se retrouver contraint de se mettre sous les ordres des services secrets américains vingt ans plus tard. Qu'en est-il vraiment ? Nous ne le saurons pas car toute la construction de cette enquête qui devient un thriller politique, dans lequel le passé rattrapperait le présent, est un magistral exercice de manipulation et le lecteur comme le narrateur se retrouveront plongés en pleine confusion. Un récit haletant, fondé sur une très solide documentation et une construction qui ne laisse aucun répit au lecteur. 

Prochainement

cherfrancoisaffiche

Louison dédicacera son nouvel album, "Cher François", samedi 16 décembre entre 15h et 18h. Journal dessiné malicieux qui relate les deux dernières années de la présidence de François Hollande. Louison raconte et croque en 200 pages, ce qu'elle nomme elle-même "des discussions" avec le Président, des anecdotes vécues lors de voyages officiels. Louison choisit l'autodérision, se met en scène, et raconte avec humour, à la première personne, les histoires de son point de vue. Elle nous permet ainsi d'accèder à une bulle privilégiée sans jamais y rentrer tout à fait. Pas besoin de s'intéresser à la politique pour se plonger dans ce journal dessiné, il suffit d'apprécier le trait alerte et malin de Louison et d'éprouver un peu ou beaucoup de sympathie pour François Hollande. 

Lire la suite...

Connexion