"Americanah" Chimamanda Ngozi Adichie - éd Gallimard

Chimamanda Ngozi Adichie examine, avec un humour caustique la question de la race et du racisme aux Etats-Unis. Sa narratrice Ifemelu, native du Nigéria, s'installe aux Etats-Unis pour poursuivre ses études. Assez rapidement elle crée un blog afin de partager ses interrogations sur les manières de vivre, de penser et de se comporter dans ce pays. Véritable centre d'observation sociologique, ce blog s'intitule « Observations diverses sur les Noirs américains par une Noire non-américaine ». Le blog devient rapidement une référence, ce qui permet à Ifemelu d'en vivre très correctement.

Cependant, au tout début du roman, Ifemelu vient de prendre la décision de rentrer au Nigéria, retrouver « son cœur, son âme, son pays » et peut-être l'homme qu'elle y a laissé 15 ans plus tôt. Quand elle prend cette décision, elle se rend dans un salon de coiffure pour retrouver son autre visage et rentrer à Lagos les cheveux tressés. Le cheveu, lissé, tressé ou défrisé est un marqueur qui en dit long sur la position de l'individu en terre d'exil. Les amies américaines d'Ifemelu ne comprendront pas qu'elle décide de laisser ses cheveux reprendre leur texture naturelle, au lieu de les porter raides. Ce salon, où elle passe un long après-midi, est le lieu où elle se rassemble avant de quitter les Etats-Unis, et où le lecteur va découvrir l'histoire de cette femme, sur ces deux continents. C'est aussi le lieu où convergent toute les cultures non-occidentales et comme le blog, il est un observatoire de la condition de l'émigré à l'étranger. Ifemelu incarne toute une génération d'étudiants nigerians qui comme elle sont allés étudier à l'étranger, et qui quand ils retournent au Nigeria avec un nouvel accent, de nouveaux modes de consommation, sont appelés avec humour les « Americanah ».

Chimamanda Ngozi Adichie interroge avec humour, distance et décomplexion, nos sociétés occidentales, les invitant à réfléchir sur la persistance de cette vision ethnocentrée qui enferme les individus en fonction de leur origine géographique. On retrouve chez C. N.  Adichie les mêmes tonalités que chez l'écrivain britannique Zadie Smith, elles apportent toutes deux un regard résolument moderne, noir et féminin, sur notre façon d'habiter le monde. « Americanah » a déjà été traduit en 25 langues. Chimamanda Ngozi Adichie est l'auteur de trois romans et d'un recueil de nouvelles.

Prochainement

Rencontre avec J.B. Andrea.

Un premier roman bouleversant.

Mardi 17 octobre à 20 h.

mareine

Ce roman magnifique, singulier et inclassable, est une des plus belles découvertes de la rentrée littéraire.

Jean-Baptiste Andrea, célèbre l'enfance à travers la voix et la pensée d'un garçon de 12 ans qui souffre de troubles psychiques qui l'isolent et brouillent parfois sa perception de la réalité.

Depuis que son père lui a offert un blouson publicitaire de la marque Shell, il se fait appeler Shell. Il vit dans la vallée de l'Asse avec ses parents qui tiennent une station service. Quand il comprend qu'il sera bientôt placé dans un institut spécialisé, il fugue dans la montagne et va vivre tout un été, livré à lui-même.

Pour Shell, ce n'est pas une fuite, c'est le chemin qu'il doit prendre pour s'émanciper et devenir un homme. Il rencontre Viviane, elle apparaît comme un enchantement sur son chemin. Intrépide, effrontée, Viviane devient une compagne de jeu qui impose ses règles avec détermination. Elle sera sa "Reine". A ce titre, Shell ne pourra rien lui refuser et elle pourra tout lui demander.

Ces jeux innocents, fondés sur des défis enfantins, prennent parfois des tournures inquiètantes. Mais l'histoire appartient à Shell. C'est lui qui raconte, avec sa manière si singulière de considérer ce qui lui arrive.

 

Lire la suite...

Connexion