"Americanah" Chimamanda Ngozi Adichie - éd Gallimard

Chimamanda Ngozi Adichie examine, avec un humour caustique la question de la race et du racisme aux Etats-Unis. Sa narratrice Ifemelu, native du Nigéria, s'installe aux Etats-Unis pour poursuivre ses études. Assez rapidement elle crée un blog afin de partager ses interrogations sur les manières de vivre, de penser et de se comporter dans ce pays. Véritable centre d'observation sociologique, ce blog s'intitule « Observations diverses sur les Noirs américains par une Noire non-américaine ». Le blog devient rapidement une référence, ce qui permet à Ifemelu d'en vivre très correctement.

Cependant, au tout début du roman, Ifemelu vient de prendre la décision de rentrer au Nigéria, retrouver « son cœur, son âme, son pays » et peut-être l'homme qu'elle y a laissé 15 ans plus tôt. Quand elle prend cette décision, elle se rend dans un salon de coiffure pour retrouver son autre visage et rentrer à Lagos les cheveux tressés. Le cheveu, lissé, tressé ou défrisé est un marqueur qui en dit long sur la position de l'individu en terre d'exil. Les amies américaines d'Ifemelu ne comprendront pas qu'elle décide de laisser ses cheveux reprendre leur texture naturelle, au lieu de les porter raides. Ce salon, où elle passe un long après-midi, est le lieu où elle se rassemble avant de quitter les Etats-Unis, et où le lecteur va découvrir l'histoire de cette femme, sur ces deux continents. C'est aussi le lieu où convergent toute les cultures non-occidentales et comme le blog, il est un observatoire de la condition de l'émigré à l'étranger. Ifemelu incarne toute une génération d'étudiants nigerians qui comme elle sont allés étudier à l'étranger, et qui quand ils retournent au Nigeria avec un nouvel accent, de nouveaux modes de consommation, sont appelés avec humour les « Americanah ».

Chimamanda Ngozi Adichie interroge avec humour, distance et décomplexion, nos sociétés occidentales, les invitant à réfléchir sur la persistance de cette vision ethnocentrée qui enferme les individus en fonction de leur origine géographique. On retrouve chez C. N.  Adichie les mêmes tonalités que chez l'écrivain britannique Zadie Smith, elles apportent toutes deux un regard résolument moderne, noir et féminin, sur notre façon d'habiter le monde. « Americanah » a déjà été traduit en 25 langues. Chimamanda Ngozi Adichie est l'auteur de trois romans et d'un recueil de nouvelles.

Prochainement

Double rencontre 

Mercredi 23 mai à 20h à la librairie.

Nous recevrons Véronique Bizot pour son nouveau recueil de nouvelles "Futurs parfaits" Actes sud et Christian Oster qui vient de publier "Massif central" aux éditions de l'Olivier.

futursparfaits

massifcentral

Ils écrivent côte à côte depuis de nombreuses années des romans et des nouvelles.

Dans ce dernier recueil  "Futurs parfaits", composé de onze récits traversés de désirs de vies nouvelles, des hommes et des femmes affrontent avec plus ou moins de grâce leur solitude, leurs angoisses, leurs histoires de famille ou l'imposture de leur vie. Véronique Bizot manie avec humour l'insolite et passe allègrement de situations frisant l'absurde à des scènes de vies ordinaires.

Le "héros ostérien", qui a pris corps dans les dix-neuf romans déjà écrits par Christian Oster, est un homme d'âge mûr, affable, détaché du réel, prêt à suivre n'importe quelle opportunité pour que s'accomplisse un autre destin. Christian Oster écrit des scénarios à rebondissements qui entraînent ces personnages sur les routes et dans de petites villes de province où ils feront des rencontres impossibles et se retrouveront dans des situations inextricables. 

Inscription à la soirée par mail ou tél. 01 43 20 31 96

 

Lire la suite...

Connexion