"La vie très privée de Mr Sim" - J. Coe - Folio Gallimard

Sa femme l'a quitté, il n'a pas d'amis : déprimé, accablé de solitude, Maxwell Sim en vient à accepter une proposition professionnelle saugrenue : la promotion d'une brosse à dents écologique. Au volant d'une voiture hybride, le voici qui file sur les routes d'Angleterre, et ce voyage de plus en plus aléatoire devient prétexte à revisiter son passé, soutenu par la voix angélique de son GPS, dont il tombe amoureux. Divinement caustique, ce roman de Jonathan Coe est l'odyssée d'un perdant, désespérément drôle jusqu'à la dernière page, où l'auteur se révèle un subtil manipulateur. Tout est magistralement orchestré pour nous faire saisir la complexité des choses simples, et l'étrangeté au coeur de l'ordinaire. La personnalité de Mr Sim, bien plus riche qu'il n'y paraît de prime abord, devient de plus en plus dense au fur et à mesure de notre voyage en compagnie de cet homme ordinaire, exerçant un métier ordinaire, dans une ville ordinaire. Surprenant, comme l'est le dernier chapitre de ce roman. Ce roman est le plus drôle et le plus désespéré de l'écrivain anglais Jonathan Coe. C'est une vaste réflexion sur l'imposture, les mensonges que l'on raconte et dont on se nourrit soi-même. Pour illustrer ce propos, l'histoire foisonne d'autres personnages qui tissent leurs illusions, que ce soient à des fins personnelles ou économiques. Le récit convoque l'histoire vraie de Donald Crowshurt, homme d'affaire passionné par la voile et qui s'engagea dans une course en solitaire à la fin des années soixante. Très vite, il dû renoncer, mais préféra mentir au monde entier, en laissant entendre qu'il était toujours dans la course. Fou de solitude et confronté à ce gigantesque mensonge, il ne survécu pas à son imposture. Maxwell Sim tourne autour de l'histoire de cet aventurier, il en devient l'incarnation des années 2010. Prostré chez lui entre deux assauts dépressifs, il égrène ce qui ne va pas dans sa vie, ses douloureuses relations avec son père, l'indifférence moqueuse de son ex-épouse, ses pâles ambitions professionnelles... Le ton est résolument sarcastique et très original. Il permet de décrire les ressorts d'une défaite personnelle très emblématique de notre époque.

Prochainement

Rencontre avec J.B. Andrea.

Un premier roman bouleversant.

Mardi 17 octobre à 20 h.

mareine

Ce roman magnifique, singulier et inclassable, est une des plus belles découvertes de la rentrée littéraire.

Jean-Baptiste Andrea, célèbre l'enfance à travers la voix et la pensée d'un garçon de 12 ans qui souffre de troubles psychiques qui l'isolent et brouillent parfois sa perception de la réalité.

Depuis que son père lui a offert un blouson publicitaire de la marque Shell, il se fait appeler Shell. Il vit dans la vallée de l'Asse avec ses parents qui tiennent une station service. Quand il comprend qu'il sera bientôt placé dans un institut spécialisé, il fugue dans la montagne et va vivre tout un été, livré à lui-même.

Pour Shell, ce n'est pas une fuite, c'est le chemin qu'il doit prendre pour s'émanciper et devenir un homme. Il rencontre Viviane, elle apparaît comme un enchantement sur son chemin. Intrépide, effrontée, Viviane devient une compagne de jeu qui impose ses règles avec détermination. Elle sera sa "Reine". A ce titre, Shell ne pourra rien lui refuser et elle pourra tout lui demander.

Ces jeux innocents, fondés sur des défis enfantins, prennent parfois des tournures inquiètantes. Mais l'histoire appartient à Shell. C'est lui qui raconte, avec sa manière si singulière de considérer ce qui lui arrive.

 

Lire la suite...

Connexion