Club de lecture 2016 - sélection 3

Les cinq romans et le roman graphique choisis par le club de lecture en avril 2016.

dispersezvousralliezvous"Dispersez-vous, ralliez-vous" Philippe Djian. Sur ce poème de Rimbaud se termine le récit, les oiseaux noirs symbole de sombres souvenirs, le baiser tiède la fauvette du printemps ! Myriam se raconte depuis son enfance sans la mère, son adolescence  seule près  du père, la trahison du frère  aîné en fuite. Ces manques affectifs construiront distanciation et indifférence émotive aux événements qui traversent sa vie, mariage, naissance de sa fille. Cependant, bien installée dans une vie confortable, entourée, aimée avec sa sauvagerie affective, elle parviendra à dompter ses faiblesses au fur et à mesure de la compréhension de ses manques mais aussi de ceux qui l'entourent, et obtiendra, après bien des dérives mortifères, un équilibre de vie. Ecriture nerveuse, rythmée qui va à l'essentiel, l’auteur utilise l'ellipse  déconcertante pour relater les souvenirs que Myriam  convoque dans une confusion de pensées. Les  décors plantés par un trait de mots, le souffle du vent sur les esprits échauffés, la couleur des ciels dans les yeux chavirés, on s’enivre aux odeurs d'une nature proche qui nous emporte entre rêve et réalité, lumière et ombre. ML

 chemindetable"Un chemin de table" Maylis de Kérangal, dans ce petit livre, nous raconte avec une écriture superbe le parcours professionnel de Mauro, jeune chef, avec les tâtonnements, les galères du début mais aussi l’ouverture de son restaurant à succès. Mauro, après des études de sciences économiques va suivre sa vocation première :  la cuisine et le partage des plats qu’il a préparés avec son entourage. Il va donc passer son CAP de cuisinier. L'auteure qui aime jongler avec les langages techniques nous fait vivre ce monde caché des cuisines de restaurants étoilés ou non. Elle nous décrit la rigueur des gestes, la précision et également les rythmes infernaux, les brimades dans cet univers où les horaires n’existent pas. Ce témoignage fin et sensible est bien éloigné de celui montré dans les émissions culinaires de téléréalité. Une lecture bien agréable. SF

 

troisjoursetunevie"Trois jours et une vie" Pierre Lemaître. L’intrigue de ce roman se situe à Beauval, petite ville de province à l’horizon limité et aux ambitions étriquées où tout le monde se connaît et vit dans la crainte du « qu’en dira-t-on ». Antoine, 12 ans tue accidentellement son voisin qui en a 6. Terrorisé, il cache le corps sous une souche d’arbre. Une enquête est ouverte et une battue organisée, bientôt abandonnée lorsque survient une tempête, très destructrice pour la ville. Les années passent enfouissant cette disparition dans l’oubli. Elle revient cependant d’actualité quand longtemps après, un squelette d’enfant est découvert dans le bois alentour. La culpabilité d’Antoine sera-t-elle révélée ? Pour le savoir, lisez ce livre qui dépeint avec beaucoup de réalisme l’atmosphère confinée, très « chabrolienne » du lieu et fait une minutieuse étude comportementale de ses habitants.PS

lapoupéedekafka"La poupée de Kafka" Fabrice Colin. C’est l’histoire d’Else, fillette allemande qui pleure car elle a perdu sa poupée et que Dora Diamant, rencontrée dans un jardin public, tente de consoler en lui apportant des lettres qu’elle a demandées à Kafka d’écrire.  Quatre-vingts ans  plus tard, ces lettres n’ont jamais été retrouvées et cela passionne les universitaires, en particulier le père de Julie. Celle-ci, qui adore son père, entreprend une longue enquête et finit par rencontrer Else devenue une vieille dame acariâtre. Le spectre de Kafka est présent dans tout le roman, dans l’aliénation et la persécution d’Else, dans l’absurdité des relations père-fille qui s’aiment profondément mais le nient. Leur dialogue, hors de toute règle conventionnelle, est savoureux. Une note de fantastique permet à chaque personnage de se cacher derrière son fantôme. Ces lettres existent-elles? L’auteur explore le territoire du mensonge  avec fantaisie et dérision. Fascinant. MM

personnenedisparait« Personne ne disparaît » Catherine Lacey. C'est un premier roman absolument bouleversant. Il se lit dans un souffle, en une nuit, dans l'émotion et le désarroi.Une New-Yorkaise de 28 ans, plaque tout, mari, travail... pour partir en Nouvelle-Zélande. Un coup de tête, une forte dépression, une profonde interrogation sur le sens de sa  vie ? Difficile de savoir. Ce voyage devient un vertigineux périple intérieur qui prend la forme d'un renoncement au monde et  à la vie d’avant. Ce livre aborde un sujet douloureux que l’on pourrait nommer : la perte de soi ou le divorce d'avec soi-même. L'extrême originalité de ce récit tient beaucoup à sa forme où se mêlent un puissant décalage, une audace surprenante à parler sans retenue de ce que généralement on préfère taire, tout en recourant à une forme d'autodérision permanente. Catherine Lacey, jeune romancière américaine, signe un récit courageux, dérangeant et extrêmement original. SL

lalgeriecestcommelamerique"L'Algérie c'est beau comme l'Amérique" Olivia Burton,  Mahi Grand Steinkis. Bercée  par la nostalgie des souvenirs évoqués lors des réunions familiales et du récit que lui léguera sa grand mère adorée,  Olivia décide un pèlerinage dans l'Algérie de ses ancêtres agriculteurs dans les Aurès. Elle découvre Alger la vie publique d'où les femmes sont absentes, le musée des martyrs, "une histoire partielle n'est que partiale". Son contact, Djaffar, architecte entre Alger et Paris, dont la jeunesse est issue des grands chaos de l’histoire Indépendance, guerres fratricides, Il la considère enfant du pays., la conduira d'Alger à Merouana, sera son guide pour visiter les domaines familiaux, maisons Fabry et Martin dont les noms demeurent dans l'héritage des lieux. Les rencontres sont chaleureuses, donnent prétexte à exhumer des lambeaux d'histoire sous l'empilage de bouleversements depuis 60 ans. Le récit est généreux, subtile, émouvant, lucide et sincère. Le dessin sur le même ton est sobre, l'encre pour le récit, les clichés couleurs pour le  voyage, en bonus le périple tracé sur une carte de l'Algérie marquée du dernier café-cigarette avant l'envol pour la France ou s'élaborera au quotidien le jeu des comparaisons.ML

Prochainement

Double rencontre 

Mercredi 23 mai à 20h à la librairie.

Nous recevrons Véronique Bizot pour son nouveau recueil de nouvelles "Futurs parfaits" Actes sud et Christian Oster qui vient de publier "Massif central" aux éditions de l'Olivier.

futursparfaits

massifcentral

Ils écrivent côte à côte depuis de nombreuses années des romans et des nouvelles.

Dans ce dernier recueil  "Futurs parfaits", composé de onze récits traversés de désirs de vies nouvelles, des hommes et des femmes affrontent avec plus ou moins de grâce leur solitude, leurs angoisses, leurs histoires de famille ou l'imposture de leur vie. Véronique Bizot manie avec humour l'insolite et passe allègrement de situations frisant l'absurde à des scènes de vies ordinaires.

Le "héros ostérien", qui a pris corps dans les dix-neuf romans déjà écrits par Christian Oster, est un homme d'âge mûr, affable, détaché du réel, prêt à suivre n'importe quelle opportunité pour que s'accomplisse un autre destin. Christian Oster écrit des scénarios à rebondissements qui entraînent ces personnages sur les routes et dans de petites villes de province où ils feront des rencontres impossibles et se retrouveront dans des situations inextricables. 

Inscription à la soirée par mail ou tél. 01 43 20 31 96

 

Lire la suite...

Connexion